Portrait d’une juge en gymnastique tests

Accueil/articles, Juges/Portrait d’une juge en gymnastique tests

Portrait d’une juge en gymnastique tests

La gymnastique est vaste dans ce qu’elle propose. Elle est également vaste dans ses compétitions qui demandent des juges formés spécifiquement aux différentes disciplines! Nous avons demandé à Patricia Perey, juge en gymnastique tests, de nous parler de son engagement en tant que juge et qui sera présente lors de la prochaine Fête Cantonale Vaudoise de Gymnastique.

Pourquoi avoir décidé de devenir juge en gymnastique tests?

Dans cette discipline, les gymnastes présentent, individuellement, plusieurs chorégraphies imposées, avec ou sans engins à mains.

J’ai décidé de devenir juge d’abord afin de mieux comprendre comment les notes sont décomposées, pour améliorer mon niveau d’enseignement, pour pouvoir faire profiter mes gymnastes de mes expériences et leur permettre de se présenter dans les différents concours.

Quelles sont tes satisfactions en tant que juge?

Cela m’a permis de défendre une discipline parfois méconnue et pas toujours appréciée à sa juste valeur. J’ai rencontré plein de belles personnes partout dans le canton et développé des amitiés dans le cadre et hors de la gymnastique.

Au niveau gymnique, j’apprécie d’être le témoin de la progression des gymnastes vaudoises.

Est-ce difficile de concilier une fonction de juge et vie privée?

 Non pas du tout, mon entourage a bien compris ma passion et me permet de la vivre pleinement.

Qu’est-ce qu’un bon juge?

Connaître les différents mouvements spécifiques et les descriptifs des tests, être impartial, être capable de prendre des décisions rapidement et accessoirement avoir un bon crayon et une gomme.

Que doit-on tenir compte lors d’un jugement?

De l’exactitude du test présenté, des directions et trajectoires, du travail en musique, de la technique du mouvement, de l’harmonie du travail et de l’engagement de la gymnaste.

Comment devenir juge en gymnastique tests?

La formation théorique dure un jour et demi avec un petit examen intermédiaire.

En ce qui concerne la formation pratique, il faut suivre régulièrement les cours, se familiariser avec le jugement en s’exerçant avec ses gymnastes ou en demandant de l’aide d’autres juges déjà formées. L’examen final se passe lors du premier concours officiel de l’année par des jugements en blanc. Il faut savoir que tu peux décider d’être juge jeunesse qui concernent les tests Niveau 1, FSG 1, 2 et 3 ou juge active pour les tests FSG 4, 5, 6 et 7 ou les deux bien sûr. Après obtention du brevet, il faut encore le confirmer lors d’un concours  en conditions réelles.

Quel est ton meilleur souvenir en tant que juge?

Pas de souvenir particulier mais la persévérance des gymnastes en difficulté ainsi que le soutien du public m’ont toujours beaucoup touchée. J’aime lorsqu’elles sont réunies lors de la flashmob qui précède les résultats et voir leurs sourires et leur fierté sur les podiums. Et par-dessus tout j’ai un énorme plaisir à chaque fois de me retrouver entre passionnées.

Par |2020-10-30T12:59:49+01:0030-10-2020|articles, Juges|Commentaires fermés sur Portrait d’une juge en gymnastique tests

À propos de l'auteur :

Expérimentée dans le domaine du Marketing et de la Communication avec une spécialisation en Médias Sociaux et Community Management. Passionée de sport et notamment de gymnastique.